• Emilie BELLANGER

#challengeAZ - C comme Cimetière

Le #challengeAZ a débuté le 1er novembre. Le but est de publier un article de généalogie par jour de la lettre A à la lettre Z.

Cette année, pour la première fois, je vais tenter de relever le défi !


Pour ce 3e jour du #challengeAZ, j'ai choisi de vous parler d'une facette de la généalogie à laquelle on ne pense pas de prime abord...


Aujourd'hui, ce sera la lettre C comme Cimetière


En effet, les cimetières sont des lieux de recherches généalogiques à part entière !


Ce n'est peut-être pas un réflexe, mais sur les tombes de nos ancêtres figurent, bien souvent, leurs dates de naissance et de décès. Elles y sont inscrites soit complètement (jours/mois/années) soit partiellement (années seulement). Ce sont de bonnes indications pour les recherches des actes manquants.


Sauf dérogation, le lieu de sépulture correspond au dernier lieu de vie du défunt. L'acte de décès sera donc à rechercher en priorité dans la commune où le défunt est enterré.

L'acte de décès (archive de l'Etat-Civil) contient fréquemment la date et le lieu de naissance du défunt, la situation familiale (mariage/veuvage/célibat), les personnes présentes à la déclaration du décès à l'officier d'état-civil.

S'il s'agit d'un acte de sépulture (archive paroissiale), il sera très détaillé ou non selon la volonté du rédacteur (prêtre, curé, évêque...).


D'autres informations utiles figurent sur les tombes : l'épitaphe (évoquera en une phrase la personne enterrée, sa vie ou son caractère), les plaques commémoratives (donneront des indications sur les proches du défunt), le fleurissement et l'état de la pierre tombale (indiquera si des proches viennent se recueillir et entretenir la tombe) ou encore la décoration de la pierre tombale (donnera des indices sur le métier ou la passion du défunt).


Lorsqu'un acte de décès nous fait défaut, il peut donc être utile de visiter les cimetières des villages/villes à la recherche des tombes familiales.

On procède généralement par cercle dont l'épicentre est le lieu de vie de l'ancêtre auquel on s'intéresse. En l'absence de tombe dans le cimetière local, on recherchera une tombe dans les cimetières alentour.

Il est conseillé de ne pas rechercher une tombe individuelle mais une tombe familiale car les couples sont généralement enterrés ensemble. Alors si le lieu de sépulture du conjoint est connu, on recherchera d'abord la tombe de celui-ci. Avec un peu de chance, l'ancêtre dont le décès nous est inconnu sera enterré là, lui aussi.

De même, si l'on connait les dates et lieux de décès mais que les dates de naissance nous sont inconnues, il est intéressant de retrouver la tombe du défunt/le tombeau familial puisqu'elles y figurent souvent.

On recherchera également les tombes des enfants du défunt. Les plaques commémoratives indiqueront si le défunt qui nous intéresse était encore vivant lors du décès de son enfant...


Bref, il faut souvent sortir de l'état-civil et même des archives pour en découvrir plus sur nos ancêtres !


Je m'intéresse particulièrement aux cimetières. En effet, je trouve intéressant d'étudier les différents lieux et formes de sépultures existants. Aujourd'hui, les cimetières dit traditionnels semblent délaissés. De nouveaux lieux de sépultures, également appelés cimetières font parler d'eux : les cimetières naturels (jardins, forêts). Ils ont la particularité de nous questionner sur la mort et le devenir du corps après celle-ci. Que souhaitons-nous pour nous-même, pour nos proches, pour la planète ?


A demain pour la lettre D !

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout