• Emilie BELLANGER

#ChallengeAZ - E comme Erquy

Le #ChallengeAZ a débuté le 1er novembre. Le but est de publier un article de généalogie par jour de la lettre A à la lettre Z. Cette année, pour la première fois, je vais tenter de relever le défi !


Erquy - une ville chère à notre cœur d'enfant !


Erquy est une ville des Côtes d'Armor en Bretagne. J'y ai mes plus beaux souvenirs de vacances d'enfant. Mon mari également. Pourtant, nous nous sommes connus bien plus tard au milieu de la vingtaine. Était-ce un signe ? Nous y sommes bien sûr retourné ensemble. Et nous envisageons très sérieusement de faire découvrir Erquy à notre fille.


J'ai aimé cette ville bien avant de savoir qu'elle aurait une autre signification pour moi bien plus en amont dans le passé. J'adore ses maisons en pierres et aux volets bleus, sa côte de granit rose, son célèbre cap Fréhel et son moins connu cap d'Erquy, les plages de sables fins et enfin le château de Bienassis qui m'a tant fait rêver...


Erquy - son bourg et son château !


Mes premières recherches généalogiques ont portées comme pour beaucoup, pour ne pas dire comme pour tous, sur la recherche patronymique. Les recherches sur les origines de mon nom de naissance s'étant rapidement trouvée dans une impasse (mon arrière-arrière-grand-père étant né de père et mère inconnus), je me suis naturellement tournée vers la recherche des origines du nom de naissance de ma maman. Et là, waouh ! La stupeur ! Erquy, cette ville si chère à mon cœur d'enfant, faisait en fait partie de mes origines !


Je découvris d'abord que le château de Bienassis fut la propriété d'un Visdelou (ascendant patronymique maternel). J'ai donc orienté mes recherches sur l'histoire du château dont vous pouvez lire un extrait ci-dessous (source : Wikipedia) :


" Le premier château de Bienassis était un manoir du XIIe siècle cerné d'une douve propriété de la famille de La Motte, les seigneurs de La Motte d'Erquy semble-t-il. Jean de Quelennec, seigneur de Quelennec en Quintin, qui épouse Tiphaine du Fou en 1374 acquiert la terre de Bienassis. Son fils Geofroy de Quelennec fait construire le logis vers 1434, date à laquelle le manoir neuf est attesté. Il a été occupé par les troupes du duc de Mercœur pendant les guerres de la Ligue à la fin du XVIe siècle, en partie détruit et reconstruit à dater de 1620 par Gilles Visdelou seigneur de La Goublaye en Saint-Alban, et son épouse Françoise de Quelennec. Il passe par mariage au comte de Lambarc et au duc d’Arenberg, puis, en 1760, le château est vendu à François-Louis Visdelou de la Ville-Théart, commissaire des haras de Bretagne. À cette époque, le domaine comprend 39 métairies, 7 moulins, et s’étend sur plus de 1000 hectares. Confisqué pendant la Révolution, il servira de prison. "


Comme vous pouvez vous en douter, je me suis intéressé de près aux Visdelou cités dans ce récit historique du château. Et voici ce que j'appris :

Le couple Gilles Visdelou et Françoise de Quelennec sont mes grands-parents à la 13e génération. Jean de Quelennec est le grand-père de Françoise, c'est donc mon aïeuls à la 15e génération. Geofroy est l'oncle paternel de Françoise. François-Louis Visdelou de la Ville-Théart fait parti d'une branche cousine.

Jusqu'à la révolution, le manoir de Bienassis devenu château était donc dans ma famille maternelle.


Je vous invite à découvrir le château aujourd'hui : https://www.chateau-bienassis.com


Après l'histoire, je me suis intéressée à la géographie d'Erquy. J'appris que le bourg d'Erquy est situé sur la côte de Penthièvre. Et ce nom ne me fut pas inconnu. Le Penthièvre est un vieux pays de Bretagne (situé à l'Est et au sud de St Brieuc). Ce pays de Penthièvre est administré par les ducs de Bretagne puis par les comtes de Penthièvre.

Ce nom ne m'était donc pas inconnu car les comtes de Penthièvre apparaissent dans ma généalogie maternel (toujours) de la 23e à la 26e génération, puis viennent les ducs de Bretagne de la 27e à la 35e génération.


Erquy est donc encore une fois une histoire de famille !


Erquy - son blason !


En généalogie, il existe une science des blasons appelée " Héraldique ". Et le blason d'Erquy ci-dessous signifie ceci : " De sinople à une sirène d'or, les cheveux flottant, les bras et la queue tournés vers senestre évoquant la lettre E capitale ; au chef d'hermine. " Un joli clin d’œil au #ChallengeAZ !




Alors succession de coïncidences ou héritage transgénérationnel ? En tout cas, pour toutes ses raisons, Erquy restera à jamais une ville chère à mon cœur d'adulte !


A demain pour découvrir la lettre F !



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout