• Emilie BELLANGER

#ChallengeAZ - G comme Génogramme et génosociogramme

Le #ChallengeAZ a débuté le 1er novembre. Le but est de publier un article de généalogie par jour de la lettre A à la lettre Z. Cette année, pour la première fois, je vais tenter de relever le défi !


Aujourd'hui, j'ai choisi d'aborder un thème parallèle à la généalogie. Je vais donc vous parler de la lettre G comme Génogramme et génosociogramme.


Les génogramme et génosociogramme ou comment la généalogie se met au service de la psychologie.


Que sont le génogramme et le génosociogramme ? Ce sont des outils utilisés en psychogénéalogie (analyse transgénérationnelle introduite par Anne Ancelin Schützenberger). Ce sont des représentations graphiques détaillées de la famille. Sur la base d'un arbre généalogique, ils indiqueront tous les détails nécessaires à la compréhension des individus et de leurs comportements : faits marquants, liens affectifs, liens psychologiques, etc...

Ils permettent d'étudier les liens intergénérationnels (ex : même métier de génération en génération), les relations affectives entre individus, les liens transgénérationnels, les traumas, les effets de répétitions (morts à la même date sur plusieurs générations).

Leur but est donc de débusquer les traumatismes transmis de génération en génération et de travailler dessus dans le cadre d'un suivi thérapeutique pour s'en libérer et aller mieux.

Anne Ancelin Schützenberger mère de la psychogénéalogie mettait en garde les utilisateurs. La psychogénéalogie n'est pas un métier mais un outil à la disposition du thérapeute psychologue. Le génogramme et génosociogramme sont donc bien des outils-supports d'une thérapie familiale ou individuelle utilisés par des professionnels éclairés et formés à la pratique.


En quoi le génogramme diffère-t-il du génosociogramme ?


Le génogramme est un arbre généalogique sur trois générations (quatre au plus), y seront surtout inscrits les liens affectifs entre individus.

Tandis que le génosociogramme va bien plus loin et plus en détails, basé sur un arbre de cinq génération minimum (le maximum de génération connue étant le mieux). Y seront alors inscrits tous les détails de la vie des ancêtres (naissances, mariages, décès, niveau d'études, niveau de vie, voyages, accidents, maladies graves ou chroniques, etc...).


Pour aller plus loin :


Si ce sujet vous intéresse, il existe un autre outils de thérapie familiale nommée la constellation familiale. La constellation familiale utilise également l'arbre généalogique comme support voire le génogramme ou génosociogramme, mais également le langage du corps et de l'espace.


Sources : http://constellationsfamiliales.fr, www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Methodes/Articles-et-Dossiers/Methode-les-constellations-familiales, Wikipedia, www.genopro.com, www.psychogenealogie.biz, www.la-croix.com/Actualite/France/Anne-Ancelin-Schuetzenberger-la-passion-de-la-psychogenealogie-_NG_-2011-03-11-606336.



A demain pour découvrir la lettre H !

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout