• Emilie BELLANGER

G comme Génétique

Le #ChallengeAZ continue... je vous emmène dans les profondeurs de votre ADN avec la lettre G comme Génétique !

N’avez-vous jamais rêvé découvrir tous ce qu’il est possible de savoir sur vos ancêtres à partir d’une seule goutte de votre sang ou de votre salive ?


Ce n’était que science-fiction, il n’y a pas si longtemps… et pourtant c’est possible !


La génétique est une merveilleuse discipline médicale source de progrès et d’espoir. Cependant, il s’avère que la recherche génétique peut également faire des prouesses en généalogie !


Je me souviens avoir lu une anecdote racontée par Guillaume de Morant (journaliste et généalogiste spécialiste de la généalogie génétique) sur la découverte faite par un généticien qui a eu l’idée de comparer l’ADN de l’homme de Cheddar (nom donné à un squelette de 9000 ans) avec celui des habitants de la ville où le squelette avait été découvert. L’expérience se situe en Grande Bretagne et le généticien trouve une correspondance entre l’ADN du squelette et un des habitants ! Waouh ! L’homme de Cheddar qui devait être un chasseur-cueilleur de la période paléolithique était apparenté avec le professeur d’histoire du collège de la ville. Une incroyable découverte généalogique ! De cette expérience est donc née la thèse que figure dans notre ADN toute l’histoire de nos ancêtres.


Non autorisés en France à l’heure actuelle, nombreux sont ceux qui se laissent pourtant tenter par les tests ADN en ligne proposés par diverses sociétés étrangères telles Ancestry ou MyHéritage. Que ce soit par jeu ou par réel désir de débloquer des recherches infructueuses ou très complexes (Nés sous X, Adoptés…), le résultat ne vous donnera pas un arbre généalogique établit. Si les résultats ne mentent pas, il faut bien étudier ce que le test ADN à permis d’effectuer comme recherches (lignée paternelle, maternelle…) et les hypothèses qui peuvent en découler. Vous n’obtiendrez pas de nom mais de nouvelles pistes à explorer pourront s’offrir à vous…

Les recherches génétiques sur l’ADN étant très sérieuses et justes, il serait en théorie possible de savoir si nous descendons tous des mythiques Adam et Eve...

N’allant pas aussi loin (quoique !), le généticien britannique Bryan Sykes soutien cependant la thèse que tous les Européens descendraient de 7 femmes ! À en croire ses recherches (non remises en cause par la communauté scientifique) issues de tests effectuées sur plus de 6000 femmes, 7 souches différentes reviendraient systématiquement dans les échantillons observés. La souche de l’ADN étudiée par Bryan Sykes étant l’ADN mitochondrial (transmis par les mères), le résultat de ses recherches le mène à la thèse de 7 femmes à l’origine de l’ensemble du peuple européen. Il existe même un test permettant de savoir de laquelle de ces 7 femmes nous descendons (à titre individuel). Pour en savoir plus sur cette thèse, je vous conseille le Best-Seller « Les sept filles d’Eve » par Bryan Sykes lui-même.

Dommage que ces incroyables tests ADN soient interdits en France… ou pas !

En effet, en France, la réglementation interdit la tenue de base de données ethniques. Au nom du respect de ses citoyens et de leur protection, la France tient à ne pas recenser l’origine ethnique de ceux-ci.


C’est donc bien une question d’éthique cette fois, qui remet en cause l’opportunité du test génétique à des fins généalogiques. Une éthique que ne respectent peut-être pas les sociétés spécialisées étrangères. En dehors du test effectué pour vos recherches généalogiques, savez-vous ce que devient votre échantillon d’ADN ? Est-il conservé ou détruit ? Ses résultats sont-ils diffusés, en libre-service, revendus, réutilisés ? Êtes-vous fichés à des fins statistiques ou autres ?

Je vous encourage donc à la prudence dans le choix de la société spécialisée et dans l’utilisation de ces tests plutôt efficaces en définitive.

À demain !

27 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout