• Emilie BELLANGER

J comme Journaux

Au-delà de l’arbre généalogique faisant la part belle aux noms et prénoms de nos ancêtres, il est intéressant de découvrir ce qui se cache derrière ces identités presque secrètes.


Les archives regorgent de documents permettant d’en savoir plus sur la vie quotidienne de nos aïeux. Avec qui vivaient-ils ? Où vivaient-ils ? Comment était leur logis, leurs meubles, leurs habits ? Allaient-ils à l’école ? Quel(s) métier(s) exerçaient-ils ? Vécurent-ils une ou plusieurs guerres ? Étaient-ils malades ? Votaient-ils ? Autant de questions dont les réponses sont cachées au sein des Archives Départementales ou Nationales.


Mais il existe un autre type d’archive auquel on pense moins et qui peut pourtant se révéler surprenant : Les journaux !


Eh oui ! La presse écrite pourrait vous révéler des mystères sur vos ancêtres. À l’instar du frère de mon arrière-arrière-grand-père maternel qui apparaît dans Le livre d’Or des héros et des braves de la Défense Nationale édition du 1er Novembre 1914 dans la section Médaille Militaire.

Source : Gallica.bnf.fr

J’y apprend donc que Joseph-Marie VISDELOUP est médaillé militaire de la réserve et de l’armée territoriale dans la section des chemins de fer de campagne ou du service militaire de chemin de fer dans le réseau de l’État. Je découvre également qu’il est sellier à Paris-Saint Lazare au moment des faits. Je le savais cocher au moment de son mariage en 1888 à Merléac (Côtes-D’Armor).


Ceci n'est qu'un minuscule aperçu de ce que j'ai découvert sur mes ancêtres dans la presse, les revues ou encore les livres spécialisés.


Gallica-BNF est une immense bibliothèque numérique où sont notamment archivés des documents issus de la presse ou de revues. La recherche s'effectue par mot-clé, où rien de vous empêche de taper le patronyme recherché et de consulter tous les documents de la bibliothèque s'y référant. Il est ensuite possible de filtrer par type de documents.


N’omettez pas les archives des journaux locaux. Notamment, en province où la presse locale était bien plus en avance qu'à Paris contrairement à ce que l'on pourrait penser.


À demain pour découvrir ce qui se cache derrière ma lettre K !

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout