• Emilie BELLANGER

L comme Listes



Avoir retrouvé les noms, prénoms, dates de naissance, mariage et décès, voire le métier de nos ancêtres, permet de donner vie à notre arbre généalogique.

Mais pour faire revivre nos ascendants, il est nécessaire d’aller au-delà de l’Etat-Civil… Les Archives foisonnent de trésors. Les listes classées dans la série M des Archives Départementales sont des ressources considérables pour entrer dans la vie quotidienne de nos aïeux.


Avec qui vivaient-ils ? Où vivaient-ils ? Quel(s) métier(s) exerçaient-ils ? Les réponses à ces questions se trouvent dans les listes nominatives de recensement de population ou de dénombrement de population. Votaient-ils ? Pour le découvrir, il serait sage de consulter les listes électorales.


Avant de plonger dans ces listes d’une grande richesse, il me semble cependant essentiel de lister les informations qui y sont recensées.


Créée à des fins statistiques la liste nominative de recensement ou de dénombrement de population est établit ville par ville, secteur par secteur (Bourg, Quartiers, Lieux-dits, Hameaux…), maison par maison et famille par famille, et témoigne ainsi de la composition des foyers à un instant T. C’est une photographie de la famille et de ses déplacements, effectuée tous les 5 ans (sauf en temps de guerre) à compter de la révolution française. Très lacunaire jusqu’en 1836, les listes nominatives de recensement ou de dénombrement de population sont de plus en plus précises et détaillées au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. Une mise en garde toutefois sur l’âge et les prénoms qui peuvent faire l’objet de coquetteries. L’âge peut varier facilement et les prénoms usuels sont plus facilement transcrits que les prénoms officiellement inscrits à l’Etat-Civil.


L’intérêt de cette liste pour nous généalogistes amateurs ou professionnels, c’est qu’en plus de retrouver des familles entières, il nous est donner la possibilité d’observer ces familles sur des décennies. On voit les couples s’installer, les enfants naître, grandir, s’absenter, revenir, partir définitivement, les parents de l’un ou de l’autre venir finir sa vie dans le foyer…


Comme on peut le voir dans l'exemple ci-dessous les listes nominatives de recensement ou de dénombrement de population sont présentées sous forme de tableaux-listing, les colonnes faisant apparaître les informations recensées : Le lieu de vie d’abord, puis la liste des habitants du foyer par ordre d’importance en commençant par le chef de famille suivi de son épouse et de leurs enfants puis viennent les autres membres de la famille (parents, beaux-parents, fratrie et neveux, cousins), ainsi que les enfants placés (assistance publique ou en nourrice) et enfin les domestiques et employés. Les colonnes suivantes concernent l’âge ou la date/année de naissance, le lieu de naissance et la nationalité, le métier exercé et le patron employeur. Une colonne est parfois réservée aux remarques et observations.

Liste nominative de recensement de population - année 1921 - Tresson (72440)

Dans l'encadré bleu de l'exemple ci-dessus, on peut remarquer que le nom de naissance de l'épouse n'apparaît pas et que les enfants du couple ne portent pas tous le même patronyme. C'est pourquoi, il est intéressant d'utiliser les listes nominatives de recensement ou de dénombrement de population de manière complémentaire à l'Etat-Civil. Ainsi, je sais que le nom de naissance de Marie est ADET et je sais qu'il s'agit d'un mariage en seconde noce. Je ne suis alors pas surprise que les enfants du couple ne portent pas tous le même patronyme. Ainsi, je sais de source sûre que Gabriel, Gaston et Albert sont des OPPORTUNE issus du mariage en 1re noce de Maurice et que Arsène et Germaine HERRAULT sont issus du mariage en 1re noce de Marie ADET avec Arsène HERRAULT.


Concernant les listes électorales, il est judicieux de savoir, avant de débuter une recherche dans ces listes, que jusqu’en 1945 seuls les hommes ont le droit de vote et même que jusqu’en 1830 ces hommes doivent avoir plus de 30 ans et payer un impôt minimum (faire partie des plus riches en sommes) pour avoir ce droit. A partir de 1848, il suffit d’être un homme de plus de 21 ans et résider depuis plus de 6 mois au même endroit. Les femmes obtiennent le droit de vote le 21 avril 1944 mais ne peuvent exercer ce droit qu’aux élections suivantes le 29 avril 1945 lors des élections municipales. Ce que l’on sait moins c’est que les militaires (ceux qui en font carrière pas ceux en service militaire) obtiennent le droit de vote plus d’un an après les femmes. Le 17 août 1945, les armées ne sont plus soumises au silence politique. De nos jours, tous les citoyens majeurs (18 ans) de nationalité française quelques soit leur genre (masculin ou féminin) peuvent s’inscrire sur les listes électorales de leur commune de résidence dans le but d’exercer leur droit de vote. Il reste quelques exclusions possibles mais pas automatiques et peuvent être temporaires ou définitives (condamnation pénale par exemple).


Bonne exploration dans les fonds d'Archives...


À demain !

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout